Chercher blog.fr

  • Images poignantes: un photographe prend des clichés de chiens quelques minutes avant leur euthanasie

    Le photographe taïwanais Yun-Fei Tou a passé les cinq dernières années à « observer » les dernières minutes de la vie de chiens devant être euthanaisés. L’homme souhaite sensibiliser les gens sur l’existence des droits pour animaux.

    http://www.sudinfo.be/1132540/article/2014-10-24/images-poignantes-un-photographe-prend-des-cliches-de-chiens-quelques-minutes-av

  • Préservé en Pologne, le petit cheval huçul attend de retrouver son Ukraine natale

    "Ils sont heureux ici, ils ont tout ce qu'il leur faut: l'herbe, l'eau et l'espace", sourit Stanislaw Dudek, entouré d'une bonne quarantaine de huçuls, une race primitive de cheval qui a échappé à l'extinction totale.

    "Ils ne craignent rien, ni le mauvais temps, ni le loup. En cas de danger, ils se collent l'un contre l'autre et attaquent le loup ensemble. Il n?a plus qu'à s'enfuir, le pauvre, s'ils lui en laissent le temps !", insiste l'éleveur qui surveille le troupeau dans les prés sauvages et les forêts près d'Odrzychowa, dans sud-est de la Pologne.

    Autrefois au service des rudes montagnards des Carpates orientales, sélectionné par l'armée impériale austro-hongroise pour le transport d'armes et de munitions dans des conditions extrêmes, décimé pendant les guerres, le brave petit cheval de montagne a trouvé en Pologne une seconde vie et s'apprête désormais à retrouver sa terre natale en Ukraine.

    Seulement quelques dizaines de huçuls, dont une douzaine de poulinières, ont été recensées en Pologne dans les années 1950.

    Dans sa terre d'origine, située aujourd'hui principalement en Ukraine occidentale, dans les massifs de Tchornokhora et de Gorgani, en amont du Prout et de la Tcheremoch, le huçul a quasiment disparu, tout comme toute la documentation sur la race et sa reproduction, regrette le directeur du haras d'Odrzychowa, Wladyslaw Brejta.

    "Lorsque nous avons commencé à réintroduire le huçul à Odrzychowa, il y a environ 40 ans, il y avait à peine 100 poulinières dans toute la Pologne. Aujourd'hui il y en a presque 1.500, ce qui représente 60% de sa population en Europe", déclare-t-il fièrement.

    Président de la commission polonaise du stud-book (l'index des étalons) des huçuls, Marek Gibala décline les caractéristiques de la race: "le huçul a la tête forte et osseuse, l'oeil expressif, le cou musclé. Il a une forte charpente avec des articulations développées. Des atouts essentiels pour les terres montagneuses où le huçul a l'habitude de monter et descendre des pentes escarpées, parfois très raides".

    - Le bonheur des cavaliers -

    Adapté aux conditions de vie difficiles, il se contente d'une nourriture pauvre et ne réclame pas de soins particuliers.

    Remplacé dans les champs par les machines agricoles, le huçul fait aujourd'hui le bonheur des cavaliers. Facile à monter, caractère calme et pied sûr, il se déplace sans problème sur tous les terrains. Particulièrement résistant, c'est le cheval idéal pour de longues balades en pleine nature.

    "Il peut faire des randonnées de plusieurs jours, avec un parcours journalier de dizaines de kilomètres, comme elles se pratiquent ici dans la montagne polono-slovaque", souligne M. Gibala.

    Magdalena Boron, monitrice d'équitation loue son intelligence et ses capacités d'adaptation : "Il arrive que ma jument s'arrête en plein milieu d'une montée. Une fois qu'elle a retrouvé un souffle régulier, elle repart", dit-elle.

    Mais le huçul est un cheval polyvalent, qui convient aux loisirs comme aux sports équestres les plus divers; TREC (Techniques de Randonnée Équestre de Compétition), attelage, dressage, saut ou voltige. Une grande partie des chevaux utilisés en Pologne dans l'équithérapie sont des huçuls.

    Toutes ses qualités ne sont pourtant pas suffisantes pour assurer le retour du huçul sur sa terre d'origine.

    "Dans la situation politique et économique actuelle en Ukraine, il faut surtout espérer que leur nombre n'y diminuera pas. Si la situation se stabilise nous pourrons enfin penser à son retour dans sa patrie. Il y a bien de l'intérêt, comme au sein des parcs nationaux. Hélas, il faut de l'argent et c'est ce qui manque en Ukraine", regrette M. Brejta.

    Le patron du haras est responsable d'un projet polono-ukrainien de réinsertion des huçuls soutenu par une aide européenne d'environ 1,5 million d'euros, essentiellement destinée à la formation de futurs éleveurs et au rapprochement culturel transfrontalier.

    "Aujourd'hui, le huçul n'est plus menacé de disparaître en Pologne, assure M. Brejta, mais le défi de le réintégrer dans sa terre d'origine est loin d'être gagné".

    http://www.rtl.be/info/magazine/sciencesenvironnement/1135363/preserve-en-pologne-le-petit-cheval-hucul-attend-de-retrouver-son-ukraine-natale

  • Mali : décès de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

    Elle était récemment revenue de Guinée.

    Le premier cas d’Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement. «Elle est malheureusement morte aujourd’hui entre 16H00 et 17H00 (locales et GMT). L’information m’a été confirmée par le gouverneur de la région de Kayes», dans l’ouest du Mali, où elle était hospitalisée, a indiqué à l’AFP une source au cabinet du Premier ministre. «Pourtant son état était stationnaire. Elle avait même demandé à manger avant son décès», a-t-on précisé de même source. «Malgré les efforts considérables déployés par les services de santé, l’enfant malade a finalement succombé ce vendredi 24 octobre 2014», a annoncé dans la soirée le ministère de la Santé par communiqué.

    Le gouvernement «conseille aux populations d’éviter les déplacements non nécessaires vers les zones d’épidémie, et de respecter les mesures d’hygiène et de précaution en la matière», selon le texte. Les autorités maliennes, qui avaient annoncé ce premier cas jeudi soir, s’étaient voulu rassurantes, le ministre de la Santé Ousmane Koné affirmant vendredi que son état «s’améliorait grâce à une prise en charge précoce». Mais avant même le décès, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a dressé un tableau beaucoup plus inquiétant, en particulier en évoquant les risques de contamination des personnes ayant été en contact avec l’enfant, qui présentait des symptômes de la maladie et était donc contagieuse, avant son retour au Mali.

    D’après le récit recueilli par les autorités sanitaires, la fillette s’était rendue avec sa grand-mère en Guinée voisine, à Kissidougou, dans le sud, région particulièrement touchée par le virus Ebola. «Le saignement du nez a commencé alors qu’elles étaient encore en Guinée ce qui signifie que l’enfant présentait les symptômes du virus pendant leur trajet au Mali», où elles sont rentrées le 19 octobre, regagnant Kayes en transport public, indique l’OMS dans un rapport. «L’OMS considère la situation au Mali comme une urgence. L’état de l’enfant pendant le trajet en autocar est particulièrement inquiétant, car il a présenté de multiples occasion d’exposition, y compris à haut risque, impliquant un grand nombre de personnes», souligne l’organisation. «L’enquête préliminaire a identifié 43 contacts proches et non protégés, dont 10 personnels de santé, qui sont également suivis en isolement», selon le texte.

    L’OMS salue néanmoins la «réaction rapide des autorités maliennes», et se félicite de la présence dans le pays d’équipes de l’organisation et des Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) présentes pour préparer le pays à l’éventualité d’un cas en provenance des pays voisins touchés par l’épidémie. Dans son communiqué, le ministère de la Santé précise que «les services de santé ont procédé à la désinfection totale des lieux de résidence et du moyen de transport utilisés par la malade».

    http://www.liberation.fr/monde/2014/10/24/mali-deces-de-la-fillette-premier-cas-d-ebola-dans-ce-pays-source-gouvernementale_1129185

  • Marine Le Pen à Calais : « Renvoyer les migrants, même dans des pays en guerre »

    C'est dans un contexte de forte tension, alors que le nombre de migrants y a fortement augmenté ces dernières semaines, que la présidente du Front national, Marine Le Pen, a décidé de se rendre à Calais, vendredi 24 octobre. « Pour y évoquer la situation très grave que connaît la ville », annonçait le communiqué du parti d'extrême droite, la veille.

    Sur les marches de l'hôtel de ville, ses soutiens ont commencé à se rassembler une demi-heure avant son arrivée, prévue à 11 heures. « C'est du racolage, elle vient faire de la récupération politique », lance Tony, sous le crachin calaisien. Car les anti-FN sont là aussi, banderoles en mains et slogans à la bouche : « Pas besoin de haine pour résoudre nos problèmes » ; « Solidarité avec les réfugiés ».

    Le beffroi de l'hôtel de ville sonne. « Pas très ponctuels, les charognards », crie un adversaire à la venue de Mme Le Pen. Du côté de ses soutiens, on joue l'indifférence. « Faut pas chercher l'affrontement, sinon ils vont encore dire qu'il y a de la bagarre. De toute façon ils sont minoritaires. »

    Lire notre reportage : A Calais, la fatigue migratoire

    HUÉES ET HOURRAS

    Parmi les plusieurs dizaines de Calaisiens qui sont venus exprimer leur colère, Régine Coupin explique qu'elle en a « ras le capiot ». A 73 ans, « je fais des crises d'angoisse avec tous ces migrants ». Manu, elle, s'inquiète pour ses enfants. Elle a d'ailleurs emmené sa fille de 13 ans, « mais sans le dire à son père. On est divorcés. » A 38 ans, elle n'a pas non plus prévenu le sien. « Il est socialiste, il me dit d'arrêter mes conneries. » Alors que la tension monte entre les deux groupes, Marine Le Pen sort de la voiture. « Je viens exprimer ma solidarité avec les habitants et donner mes solutions au problème qui ne cesse de s'aggraver », affirme la patronne du FN. Et les huées se mêlent aux hourras.

    Entonnée par le cortège de Mme Le Pen, la Marseillaise résonne, aussitôt reprise par les anti-FN, qui la suivent pour « ne pas lui laisser Calais ». Et ils reprennent de plus belle : « Fachos ! Nazis ! » Dans l'autre camp, Aurélie est fatiguée de se faire insulter. « Moi je ne suis pas raciste, ça n'a rien à voir. J'ai juste peur. Ils se sont introduits deux fois au centre d'appels où je travaille. »

    Un aller-retour sur un bout de boulevard, des « merci Marine » qui tentent de couvrir les slogans anti-FN – parce qu'« il faut gueuler plus qu'eux » – et la leader frontiste remonte déjà en voiture, une heure plus tard. Entre deux bousculades qui marquent la fin du passage éclair de la présidente du FN, Carine retrouve son fils. « J'ai réussi à embrasser Marine, je suis trop contente. » Ce qu'elle attend d'elle ? « Une solution. Les autres n'ont pas réussi. »

    « SUSPENDRE SCHENGEN »

    Lisa s'approche en expliquant que « le truc, c'est qu'elle n'en a pas, de solution. Elle fait juste de la récupération politique d'un quotidien qui est dur ici. » « J'ai un scoop, il paraît qu'elle va rencontrer des migrants », ironise Dje.

    Mais Marine Le Pen est déjà partie pour une conférence de presse, côté plage. « Aller voir les migrants pour leur dire quoi ? », lance-t-elle, arguant de sa connaissance de la situation, elle, « la responsable politique qui est le plus venue à Calais depuis cinq ans ».

    Assise entre Steeve Briois, le maire FN d'Hénin-Beaumont, et Françoise Vernalde, l'une des deux conseillers municipaux FN élus à Calais en mars, Marine Le Pen évoque les échecs successifs des « dirigeants UMPS » face à l'immigration clandestine et les réponses « molles » annoncées par le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, mercredi. « S'il y a un endroit de France qui symbolise la chute de l'Etat, c'est bien Calais. »

    Sa solution ? « Suspendre Schengen. » Et pour les plus de 2 000 qui sont là, à Calais ? « Renforcer considérablement les critères du droit d'asile » et « les renvoyer chez eux, même dans des pays en guerre ».

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/10/24/marine-le-pen-calais-symbolise-la-chute-de-l-etat_4511972_3224.html

  • Des microbes mystérieux accélèrent le réchauffement climatique !

    http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2806725/Mysterious-microbes-speeding-climate-change-New-species-releasing-huge-amounts-methane-study-finds.html

    Climate-changing microbes, known as Methanosarcina (pictured), may have caused the biggest mass extinction in history

    The worst mass extinction in Earth's history - long before dinosaurs roamed the planet - was caused by microbes, according to a recent study.

    The tiny organisms suddenly began belching out the greenhouse gas methane - which is about 20 per cent more potent than carbon dioxide - some 250 million years ago.

    Fumes spurted from the oceans wiping out 90 per cent of all species, from snails and small crustaceans to early forms of lizards and amphibians in less than 20,000 years.

    The 'Great Dying' occurred more than 252 million years ago - long before dinosaurs lived roamed Earth - at the end of Permian era.

    In the past asteroids, volcanoes and raging coal fires have been blamed but the finger is now being pointed at tiny microbes called Methanosarcina.

    These spewed enormous amounts of methane into the atmosphere, dramatically altering the climate and the chemistry of the oceans.

    Unable to adapt in time, countless species perished and vanished from the Earth.

    Alarmingly, the same effects are starting to happen today as a result of global warming caused by carbon emissions.

    The study revealed that because of these microbial activities, all wetlands are not the same when it comes to methane release.

    'This has been a major shortcoming of current climate models,' said lead author Carmody McCalley, at the University of New Hampshire.

    'They assume the wrong isotope ratio coming out of the wetlands, the models overestimate carbon released by biological processes and underestimate carbon released by human activities such as fossil-fuel burning.'

    One of the big questions facing climate scientists, according to Professor Saleska, is how much of the carbon stored in soils is released into the atmosphere by microbial activity.

    'As the "global freezer" of permafrost is failing under the influence of warming, we need to better understand how soil microbes release carbon on a larger, ecosystem-wide level and what is going to happen with it,' he said.

    'For years, there's been a debate about whether microbial ecology 'matters' to what an ecosystem collectively does,' added Virginia Rich from the University of Arizona.

    'This work shows that microbial ecology matters to a great degree, and that we need to pay more attention to the types of microbes living in those thawing ecosystems.'

  • Europe -Afrique

    http://www.hln.be/hln/nl/960/Buitenland/article/detail/2100310/2014/10/24/Deze-pijnlijke-foto-legt-gigantische-kloof-tussen-Europa-en-Afrika-vast.dhtml

  • Budget : David Cameron refuse de fournir 2,1 milliards d'euros en plus

    Le Premier ministre britannique David Cameron a refusé une demande de rallonge de plus de deux milliards d'euros au pot européen, une mesure qu'il a jugée "inacceptable". "Je ne paierai pas cette addition le 1er décembre. Et si certains pensent que cela va arriver, ils vont voir", a pesté David Cameron. Une telle demande de la Commission "n'aide pas sur la question de l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'Union européenne", a-t-il ajouté.

    Au terme d'une révision technique du montant des contributions nationales pour 2014, la Commission européenne réclame à plusieurs États membres de rajouter des milliards d'euros pour le budget 2014 de l'UE. La Grande-Bretagne est la plus lourdement taxée, avec une rallonge pouvant aller jusqu'à 2,1 milliards d'euros.

    Cette demande, révélée jeudi en marge du sommet européen, a immédiatement provoqué la colère de David Cameron. Vendredi, il a réclamé la tenue d'une réunion exceptionnelle des ministres européens des Finances. Sous pression d'une poussée eurosceptique dans son pays, le Premier ministre britannique est visiblement tombé des nues, selon une source britannique.

    Les Pays-Bas vent debout

    Le nouveau calcul des contributions nationales figure dans une proposition de budget rectificatif adopté mi-octobre par la Commission, en vue du bouclage du budget européen 2014. Il prend en compte la révision des chiffres du PIB en Europe en incluant de nouvelles activités comme le trafic de drogue et la prostitution. Mais le plus grand flou règne. Le président sortant de la Commission, José Manuel Barroso, a même soutenu jeudi ne pas être au courant de la demande de ses services.

    Outre la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, également très mécontents, doivent rajouter au budget quelque 600 millions d'euros. Leur ministre des Finances et patron de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem, est monté au front vendredi, qualifiant cette nouvelle de "désagréable surprise".

    "Nous allons examiner d'où vient ce chiffre, car tout se mélange, a-t-il affirmé. Nous nous attendions à une hausse du PIB et donc à une contribution plus élevée à l'UE, mais là, on nous parle d'un rattrapage après une révision des ressources." Au même moment, la France et l'Allemagne épargneraient respectivement un milliard et 780 millions d'euros. L'Autriche gagnerait elle aussi au change. "Mais ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué", a affirmé le chancelier Werner Fayman.

    "On n'ira pas au-delà"

    L'irruption de ce débat a largement occulté vendredi les discussions sur les budgets français et italien, sur la sellette de la Commission européenne. La Commission pourrait en effet demander à plusieurs États de la zone euro de revoir leur projet de budget si elle constate des manquements graves en termes d'objectifs budgétaires ou de réformes. Ce serait une première, qui passerait très mal en France et en Italie, deuxième et troisième économies de la zone euro.

    "Le budget italien ne pose pas de problèmes", a soutenu jeudi le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi. Il prévoit un déficit sous 3 %, contrairement à la France, mais l'effort structurel est insuffisant au vu des critères européens. Le ton est également ferme du côté français. Le budget prévoit 21 milliards d'économies, "on n'ira pas au-delà", a assuré le président François Hollande. "Il faut chercher d'autres moyens d'atteindre les objectifs", a-t-il insisté, tout en promettant de respecter les règles européennes "mais avec le maximum de flexibilité".
    Un plan d'investissement de 300 milliards

    Le budget français prévoit un déficit à 4,3 % du PIB en 2015, loin des 3 % auxquels Paris s'était engagé. Même en termes structurels, le compte n'y est pas, avec un effort de seulement 0,2 %. "C'est un calcul compliqué", a-t-il souligné. Le verdict pourrait tomber mercredi prochain. Réunis pour leur deuxième jour de sommet à Bruxelles, les dirigeants européens devaient prendre acte de la dégradation de la conjoncture économique et chercher des moyens de relancer l'investissement. Ils comptent sur le plan d'investissement de 300 milliards d'euros sur trois ans promis par Jean-Claude Juncker, qui prend la tête de la Commission début novembre.

    L'idée est d'aller vite alors que le plan de croissance de 120 milliards d'euros décidé en 2012 avait rapidement montré ses limites. M. Juncker s'est engagé à présenter le sien d'ici Noël. Pour accélérer les travaux, Paris et Berlin planchent sur des propositions communes. Le problème reste l'origine des fonds et la répartition de l'effort entre public et privé.

    http://www.lepoint.fr/economie/budget-david-cameron-refuse-de-fournir-2-1-milliards-d-euros-en-plus-24-10-2014-1875331_28.php

  • Un desaxé s'attaque à la hache à un policier à New-York

    New York: un homme "aux penchants islamistes" attaque des policiers à la hache

    Un homme qui pencherait vers "les thèses extrémistes" islamistes a attaqué des policiers avec une hache jeudi à New York, avant d'être abattu, ont annoncé la police et le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE.

    L'homme, identifié dans les médias américains comme Zale Thompson, avait publié sur YouTube et Facebook des déclarations "montrant une inclination ultra-raciale dans les contextes à la fois religieux et historiques, et laissant penser qu'il penchait vers les extrémistes", explique SITE.

    A TERRORISTIC MOTIVE has not been ruled out after a man, identified as Zale Thompson by multiple media reports, attacked NYPD officers with a hatchet in New York City.

    http://www.foxnews.com/

  • Edward Snowden : "Laissez tomber Dropbox, Facebook et Google"

    Pour Edward Snowden, le meilleur moyen de protéger sa vie privée en ligne, c'est de laisser tomber les services comme Google, Facebook et Dropbox. C'est ce qui ressort de l'interview que l'homme à l'origine des révélations sur la NSA a accordée ce week-end dans le cadre du New Yorker Festival. Le site Techcrunch revient sur les conseils distillés par Snowden.

    Première recommandation : ne pas utiliser les services "hostiles à la vie privée", comme DropBox, qui ne permettent pas de crypter les données. Snowden précise que même si Facebook et Google ont amélioré leur niveau de sécurité, ils restent des services "dangereux". Techcrunch souligne avec ironie que "les internautes qui suivaient l'interview en direct sur Google Hangouts ou YouTube pouvaient voir un logo Google au-dessus du visage de Snowden en même temps qu'il prononçait ces mots". Dernier conseil de Snowden : "N'envoyez pas de SMS non cryptés. Utilisez les services comme RedPhone et Silent Circle [des applications de cryptage pour smartphone]."

    "C'est le gouvernement qui doit se justifier"

    "Certains disent qu'ils n'ont 'rien à cacher', mais dire cela, c'est inverser les responsabilités", a expliqué Edward Snowden. "Dire : 'Je n'ai rien à cacher', cela revient à dire : 'Je me fiche de ce droit'. C'est dire : 'Je ne dispose tellement pas de ce droit que j'en suis arrivé au point où je dois m'en justifier'.

    Alors que normalement, c'est le gouvernement qui doit se justifier de ne pas respecter vos droits", a-t-il développé, pour appuyer son appel à une réforme de la politique américaine en matière de respect de la vie privée.

    http://www.courrierinternational.com/article/2014/10/13/edward-snowden-laissez-tomber-dropbox-facebook-et-google

  • Il y a tellement de souris au Parlement britannique qu'on envisage d'y lâcher une "meute" de chats

    La députée Anne McIntosh a suggéré de recourir aux chats d’un refuge voisin de Westminster, siège du Parlement, afin de résoudre une fois pour toute le problème de la multiplication des souris.

    «La population de souris est hors de contrôle en particulier dans les zones où la nourriture est préparée ce qui représente évidemment un danger en terme de santé» publique, a affirmé l’élue du parti conservateur au pouvoir.

    A défaut de chats en résidence à Westminster, la députée avait suggéré de lâcher des félins en soirée pour qu’ils accomplissent leur mission de chasseur. Mais en raison de la taille du Parlement, «une horde de chats» serait nécessaire, a fait valoir jeudi le député John Turso devant la chambre des Communes, la chambre basse du Parlement. «L’idée d’avoir une meute de chats dans les bâtiments parlementaires présenterait nombre de difficultés», a souligné l’élu libéral-démocrate.

    Le député a assuré qu’un éventuel déploiement de chats avait été soumis à «un examen complet et approprié» par les autorités mais qu’il y avait des «difficultés pratiques et techniques évidentes» pour sa mise en pratique.

    « Souris en chef »

    Le Premier ministre David Cameron a amené en 2011 au 10, Downing Street un chat baptisé Larry lorsqu’un rat avait été aperçu dans les journaux télévisés en train de courir à proximité de l’entrée de la résidence du Premier ministre. Mais l’efficacité de Larry a été remise en question. Les services du Premier ministre ont précisé qu’il recevait quotidiennement des cadeaux et friandises et passait le plus clair de son temps à «tester le confort des meubles anciens pour la sieste».

    Les problèmes des souris à Downing Street remonte aux années 20. L’une d’entre elle a même reçu le titre de «souris en chef du Cabinet office» et a été inscrite sur le registre de la paye des fonctionnaires gouvernementaux.

    http://www.sudinfo.be/1131782/article/2014-10-23/il-y-a-tellement-de-souris-au-parlement-britannique-qu-on-envisage-d-y-lacher-un

  • Ecosse : devenir Lord ou Lady en préservant l'environnement!!!

    Une association écossaise propose d'acquérir des parcelles de terre dans les Highlands pour recueillir des fonds destinés à entretenir une réserve naturelle. Avec en prime un titre de Lord ou de Lady.

    D'anciennes terres agricoles laissées à l'abandon reprennent vie depuis 2008 depuis qu'un biologiste et sa femme comptable, héritiers d'un domaine, ont eu l'idée de morceler des espaces naturels pour permettre de les entretenir. Des forêts, des bois, des pâturages, une rivière avec des saumons, voilà l'endroit que l'on peut s'offrir en faisant une bonne action. Anne Etourneau, représentante en France de l'association Highland Titles :

    "On participe à la préservation de la nature. Les fonds qui sont récoltés continuent à améliorer ce domaine qui est devenu une réserve naturelle. Il y a aussi tout un côté éducatif"

    En France, 3.000 personnes ont déjà été séduites par cette formule écologique et ludique dont Olivia qui vit en région parisienne. Elle a acheté sur Internet une parcelle de 100m2 qu'elle a découverte en mai dernier. "Il y a eu une rencontre entre voisins. Et je suis tombée amoureuse de cet endroit. C'est rigolo en plus d'avoir le titre de Lady".

    http://www.franceinfo.fr/actu/europe/article/ecosse-devenir-lord-ou-lady-en-preservant-l-environnement-589059

  • Une éruption volcanique majeure pourrait anéantir le Japon

    Jusqu'à 120 millions de morts, quasiment toute la population japonaise pourrait être tuée si se produisait une éruption volcanique majeure telle que qu'en a déjà connu l'archipel dans le lointain passé, indique une étude nippone à paraître in extenso en novembre.

    Selon un résumé des travaux des volcanologues Yoshiyuki Tatsumi et Keiko Suzuki de l'université de Kobe, les risques pour que se produise un tel scénario-catastrophe sont de l'ordre de 1% dans le siècle à venir.
    "Nous devons avoir conscience du fait qu'il ne serait pas étrange que survienne un jour quelque part dans l'archipel une éruption majeure", insistent les chercheurs qui estiment que, le cas échéant, elle pourrait y emporter 120 millions de vies humaines, soit la quasi intégralité de la population du pays (127 millions).

    "Le Japon concentre 7% des volcans actifs du monde et a souvent subi des catastrophes, comme récemment l'éruption du Mont Ontake (qui a fait plus de 50 morts au centre du pays). Les regards se tournent désormais aussi vers le Mont Fuji où le risque d'une éruption existe", écrivent-ils.

    Ces experts fondent leurs travaux sur l'étude des cycles et impacts des éruptions majeures au Japon, notamment à travers le cas de la caldeira d'Aira, une gigantesque cuvette créée il y a 28.000 ans dans la région de Kagoshima (île de Kyushu, sud-ouest) par l'effondrement du sommet d'un volcan à la suite d'une terrible éruption. Si un phénomène similaire survenait aujourd'hui dans la région, 7 millions de vie risqueraient d'être détruites en deux heures par la lave et les roches.

    De la cendre serait rejetée dans l'ensemble du pays (à l'exception de l'est de l'île nord de Hokkaido) et y mettrait toutes les infrastructures en péril, condamnant alors jusqu'à 120 millions d'habitants qu'il serait vain de vouloir sauver, selon l'étude.

    Le Japon, situé sur la ceinture de feu, au confluent de quatre plaques tectoniques, compte au total 110 volcans actifs, dont le plus connu est le vénéré mont Fuji.

    Près de la moitié sont sous haute surveillance: "à l'instar du mont Ontake (dont l'explosion brutale a a surpris tout le monde septembre), beaucoup d'entre eux peuvent se réveiller à tout moment", explique le volcanologue Yosuke Aoki de l'Université de Tokyo.
    kap/ros

    http://www.lorientlejour.com/article/892585/une-eruption-volcanique-majeure-pourrait-aneantir-le-japon.html

  • Transhumanisme : jusqu'où repousser les limites biologiques ?

    C’est une tentation, un désir qui s’exprime, malgré les précautions d’usage, au sein de la population française. «Nous avons été surpris de cette quête d’amélioration permanente qui existe chez les Français interrogés», affirme ainsi Sandra Hoibian, sociologue au Crédoc (1), coauteur d’une enquête exclusive réalisée à la demande des Semaines sociales de France, de France Télévisions et de La Croix.

    Depuis le début des années 2000, le débat agite la communauté intellectuelle et scientifique. L’homme va-t-il s’affranchir radicalement de ses propres limites biologiques ?

    Cette aspiration, vieille comme les mythes grecs et omniprésente dans la science-fiction, n’est pas nouvelle. Mais les avancées convergentes de la science dans les domaines des nanotechnologies, des biotechnologies, de l’informatique et des sciences cognitives (NBIC) lui ont donné une nouvelle vigueur. Comme le soulignait le Centre d’analyse stratégique dans une note de synthèse de 2012, les frontières s’estompent entre «le naturel et l’artificiel, le normal et le pathologique, ou encore le soin et l’amélioration».

    Surtout, il s’agit cette fois d’une augmentation potentielle de nos capacités physiques ou cognitives, qui passerait par une action directe sur notre corps. Cette perspective, qualifiée parfois de «transhumanisme», «suscite des réactions très contrastées, réactions qui vont de l’effroi à l’enthousiasme, en passant par l’anxiété ou le plus grand scepticisme», souligne encore le Centre d’analyse stratégique. Mais qu’en pensent les Français ? C’est ce qu’ont cherché à savoir Sandra Hoibian et Régis Bigot, les deux auteurs de l’enquête du Crédoc – la première du genre intitulée «L’homme augmenté : l’opinion oscille entre désir et peur».

    Premier constat : pour 62% des Français interrogés (2), «les limites humaines seront continuellement repoussées». La très grande majorité d’entre eux considèrent donc que les athlètes continueront à battre année après année les records de vitesse à pied, à vélo ou à la nage. Sans surprise, les jeunes sont les plus optimistes sur la capacité de l’homme à sans cesse se dépasser, les seniors étant plus convaincus – sans doute pour les vivre eux-mêmes – de l’existence de limites corporelles.

    Plus significatif encore, 58% des Français pensent que les progrès de la médecine doivent servir à améliorer les capacités physiques et mentales des personnes en bonne santé et ne pas se limiter à soigner les maladies. Quasiment une personne sur deux pense même que la médecine doit aider à «repousser les limites de la mort», et 38% que ces progrès doivent lutter contre les maques du vieillissement. «Généralement plus conservateurs sur toutes ces questions, les seniors sont majoritairement favorables à la médecine dite améliorative, explique Sandra Hoibian. Comme si le déclin de leurs capacités était dorénavant perçu comme une pathologie et non comme une évolution inéluctable.»

    Sans compter que nombre d’entre eux souhaitent profiter pleinement - et donc en pleine forme – de leurs années de retraite. Cette appétence pour les progrès de la science est une spécificité française, souligne l’étude du Crédoc. En effet, les Français sont plus intéressés que leurs voisins européens par les développements en science et technologies (62%, contre 53% en moyenne en Europe). Ils sont plus nombreux à avoir étudié ces matières que la moyenne européenne (58% contre 47%).

    Ceci dit, les opinions divergent nettement en fonction du niveau socioculturel. Comme si bien se soigner était déjà une gageure pour les catégories les moins aisées de la population. «Les cadres et professions intellectuelles supérieurs, les hauts revenus, les habitants de l’agglomération parisienne ont une vision que l’on pourrait apparenter au transhumanisme, explique l’étude. (…) Les personnes avec de bas revenus, peu diplômées, les ouvriers, ont une vision plus traditionaliste, à la fois parce qu’ils manifestent une forme de fatalisme ou d’acceptation des limites biologiques et qu’ils attendent de la médecine avant tout qu’elle soigne les maladies.»

    La prudence redevient de mise quand le cerveau est concerné et que le domaine scientifique est encore mal connu. Ainsi, pour tester l’adhésion des Français aux fameuses NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives), les sondeurs ont pris deux exemples : la greffe d’un bras robotisé sur un corps d’homme ; la greffe de composants électroniques sur le cerveau pour améliorer ses performances. Le premier cas de figure suscite une large adhésion (60% des Français y sont favorables), signe que ce type de greffe est entré plus ou moins dans les mœurs.

    En revanche, ils sont 85% à désapprouver la greffe de composants électroniques dans le cerveau, qui reste un organe à part. «Toucher à celui-ci suscite des craintes quant à de possibles atteintes à la mémoire, à la perception de soi et d’autrui et finalement à la perte de son identité», souligne l’étude. Reste malgré tout que 14% des sondés sont prêts à sauter le pas, ce qui est loin d’être négligeable… Les nanotechnologies – qui permettent de travailler à l’échelle moléculaire – sont mal connues du grand public.

    D’où la réserve exprimée par les sondeurs. Seuls 40% d’entre eux ont déjà entendu parler de ces techniques et pensent vraiment savoir de quoi il s’agit. Dès lors, 68% d’entre eux se disent inquiets de leurs éventuelles applications dans le domaine alimentaire, et 48% des applications possibles dans le secteur du médicament. S’ils se montrent ouverts aux avancées de la science, les sondés sont néanmoins en quête d’une régulation susceptible de maîtriser leurs inquiétudes face aux dérives potentielles. Et pour remplir cette tâche de contrôle, les Français font davantage confiance aux institutions qu’aux entreprises privées.

    (1) Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie.

    (2) Des questions spécifiques ont été posées à l’occasion de la vague de juin 2014 de l’enquête permanente du Crédoc sur les «Conditions de vie et aspirations» de la population, laquelle est réalisée en face-à-face deux fois par an, depuis 1978, auprès d’un échantillon représentatif de 2 000 personnes âgées de 18 ans et plus, sélectionnées selon la méthode des quotas.

    http://www.la-croix.com/Ethique/Sciences-Ethique/Sciences/La-tentation-transhumaniste-2014-10-13-1248286

  • Martine Rothblatt, une patronne transsexuelle qui rêve d'être éternelle

    La femme d’affaires la mieux payée des Etats-Unis est transsexuelle. Chef d’entreprise visionnaire, férue d’intelligence artificielle, passionnée par l’immortalité, elle est aussi transhumaniste.

    Seules quelque 5 % des entreprises figurant au palmarès Fortune 500 sont dirigées par des femmes. Si on double la taille de l’échantillon, la proportion est la même. Et le niveau de rémunération des femmes PDG semble être à la traîne, bien que cela soit difficile à affirmer puisqu’elles sont si peu nombreuses. Une liste récente recensant les 200 dirigeants américains les mieux payés ne compte que 11 femmes, qui gagnent en moyenne 1,6 million de dollars [1,25 million d’euros] de moins que leurs homologues masculins.

    Certaines sont célèbres : Marissa Mayer, PDG de Yahoo, qui l’année dernière se classait au 34e rang avec un revenu de 25 millions de dollars [19,5 millions d’euros], loin devant Meg Whitman, patronne de Hewlett-Packard, en 95e position avec une rémunération de 18 millions de dollars [14 millions d’euros]. Mais la dirigeante américaine qui pèse le plus lourd fait beaucoup moins parler d’elle.

    >>> Retrouvez le numéro de Courrier International "Seuls les riches seront immortels" — chez votre marchand de journaux à partir du 23 octobre

    C’est Martine Rothblatt, 59 ans, fondatrice de l’entreprise biomédicale United Therapeutics, qui avait déjà fait fortune en créant Sirius Satellite Radio, un opérateur de communications par satellite. L’an dernier, elle a engrangé 38 millions de dollars [29,5 millions d’euros]. Mais ce qui distingue Martine Rothblatt des autres femmes d’affaires les plus riches d’Amérique, c’est qu’elle est née homme. Quel effet cela lui fait-il de voir son nom tout en haut de la liste ? “C’est un peu comme gagner à la loterie”, lâche-t-elle. Elle ne souhaite aucunement être érigée en modèle de réussite au féminin. “Je ne peux pas prétendre que ce que j’ai réussi dans ma vie est équivalent à ce qu’une femme aurait pu réaliser, car pendant la première moitié de ma vie j’étais un homme”, tempère-t-elle.

    Martine est une femme magnifique, aux allures d’éphèbe mais avec de la poitrine. Elle ne se maquille pas, ne porte aucun bijou, et arbore la tenue juvénile et désinvolte de l’élite du secteur des hautes technologies. Martine est une transgenre et une transsexuelle de pouvoir, ce qui fait d’elle une espèce encore plus rare qu’une femme dirigeante dans la jungle des grandes entreprises. Et elle semble sincèrement se complaire dans cet état intermédiaire. Juste après son opération de changement de sexe, en 1994, elle avait une allure plus féminine qu’aujourd’hui. Mais il y a quelques années elle s’est créé son propre style unisexe.

    C’est une personne pour qui le genre est suffisamment important pour subir une opération irréversible, mais pas assez pour se soucier de savoir si les gens parlent d’elle au masculin ou au féminin. A 83 ans, sa mère elle-même ne sait plus trop quel pronom employer. Elle, elle préfère qu’on l’appelle Martine. Pour ses quatre petits-enfants, elle est “grand-Martine”. Bina Aspen, la femme qui l’a épousée il y a trente-trois ans, à l’époque où Martine était un homme, et qui reste sa fidèle compagne, ne se dit quant à elle ni hétéro ni gay, mais “Martine-sexuelle”. A elles deux, Martine et Bina ont quatre enfants.

  • Vivre dans un corps synthétique !

    Les avatars d’un milliardaire

    http://aeon.co/magazine/health/will-new-drugs-mean-the-rich-live-to-120-and-the-poor-die-at-60/

    Le Russe Dmitry Itskov consacre son temps et sa fortune à la création d’organismes artificiels dans lesquels nous pourrons projeter notre conscience et vivre éternellement. A condition de disposer de quelques millions de dollars.

    Vivre plus longtemps, en bonne santé… Et même, pourquoi pas, vivre pour toujours, dans un corps synthétique qui ne connaîtra ni la maladie, ni la décrépitude, ni la mort. Financés par des multinationales et des oligarques milliardaires (lire cet article), de nouveaux alchimistes poursuivent ce vieux rêve de l’humanité. Mais cet âge d’or sera réservé aux riches et dessinera une nouvelle lutte des classes, prophétise le magazine Aeon (lire cet article).

    L’avenir se partagera entre ceux qui auront accès aux coûteux traitements médicamenteux, aux thérapies géniques, et les autres, pour lesquels la vieillesse sera de courte durée.

  • Linceul blanc ; l'organisation qui veut enterrer Daesh...

    RIB- Le groupe, dit "Linceul blanc", qui s'est fixée pour mission, celle de "liquider "tous les terroristes de Daesh" vient de publier une vidéo,
    où ses combattants lisent un communiqué, en brandissant leurs armes et en affirmant leur présence, dans l'Ouest de Deir ez-Zor !

    "Cest un groupe composé de 300 combattants, et qui a, jusqu'ici, tué 100 Daeshistes, dont Abou Youssef al-Massri, un des chefs terroristes de Daesh, et plusiuers élements britanniques et saoudiens de la milice, à Abou Kamal. "Linceul blanc" se dit, aussi, hostile à Assad. "Nous viserons les mercenaires tchétchènes, tunisiens, irakiens et quiconque a vendu son âme".

    http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/345757-les-liquideurs-de-daech-d%C3%A9barquent-%C3%A0-deir-ezzour

  • "Vertu, tu n'es qu'un nom."

    23 octobre 42 avant JC. Brutus se suicide 19 mois après avoir assassiné César.

    Brutus est un idéaliste. S'il participe au meurtre de son beau-père, c'est essentiellement pour le bien de la République.

    Marcus Junius Brutus (vers -85 - -42) rigide républicain romain, fils de Servilia, maîtresse de Jules César, il lui donna le coup fatal, en le poignardant le 15 mars -44. Jules César aurait alors dit en grec (Kaì sú, téknon ?, en latin Tu quoque, Brute, fili mihi ?), signifiant « Toi aussi, mon fils ? ».

    Brutus prétendait descendre de Lucius Junius Brutus qui en -509, après le viol de Lucrèce, renversa le dernier roi de Rome, Tarquin le Superbe et, de ce fait, fonda la République romaine. Il est le fils de Marcus Junius Brutus, partisan de Marius, et de Servilia, sœur de Caton d’Utique, et naquit en 85 avant J.- C.

    Il suivit le parti de Pompée dans la guerre civile, et combattit à la bataille de Pharsale (-48). César, qui l’aimait, et qui, même, disait-on, était son père, l’appela auprès de lui après sa victoire, et le combla de faveurs. Ces caresses ne l’empêchèrent point d’entrer dans la conspiration formée contre le dictateur. Les meneurs de l’assassinat de César attribuèrent à Brutus le rôle de fidèle poursuivant des traditions familiales en dépeignant César comme avide du titre de roi et de l’autorité royale.

    César, au moment de mourir, le voyant au nombre des conjurés, s’écria : « Et toi aussi, mon fils ? » Après ce meurtre, Brutus, poursuivi par Marc Antoine, se réunit à Cassius, et livra bataille à Marc Antoine et à Octave dans les plaines de Philippes en Macédoine.

    Il fut vaincu, et, avec Cassius, se suicida de désespoir, en l’an 42 avant J.-C. On dit qu’il s’écria en mourant : « Vertu, tu n’es qu’un nom » ; mais cette parole désespérante n’a rien d’authentique, et « les mœurs ne sont que des mots » le 23 octobre 42 av. J.-C.

    Brutus cultivait les lettres et la philosophie ; il embrassa le stoïcisme. Il avait composé un éloge de Caton d’Utique et d’autres ouvrages qui ne nous sont pas parvenus ; il ne reste de lui que quelques lettres à Cicéron et à Atticus. Cicéron lui avait dédié son traité De claris oratoribus. Plutarque a écrit sa Vie.

    sources wikipedia

  • DOGTV, la chaîne américaine de télévision pour chiens, débarque en Europe!

    Après les Etats-Unis, le Japon, la Corée du Sud et Israël, DOGTV va faire son entrée en Europe en commençant par l'Allemagne, via la Deutsche Telecom. La France, l'Irlande et le Royaume-uni devraient suivre. Lancée en 2012, la chaîne diffuse 24 heures sur 24 des images de chiens en action accompagnées d'une musique apaisante.

    Avec 'Dog TV', la télé, c'est pour les chiens, sans publicité

    Relaxer, divertir et offrir de la compagnie à votre chien, tels sont les objectifs annoncés par la chaîne de télévision thématique dont le siège se situe en Californie. Un programme spécialement développé par des scientifiques, dont certains seraient "les meilleurs spécialistes animaliers au monde", annonce leur site.

    Au programme notamment et comme le montrent les images ci-dessous : un chien jouant à la balle avec son maître, un autre tirant sur un bout de tissu ou encore un autre courant dans les hautes herbes.

  • Assaut au Parlement candien !

    Un soldat canadien a été blessé par balles mercredi matin alors qu'il surveillait un monument à proximité du Parlement d'Ottawa où des dizaines de policiers ont été envoyés en renfort, selon un journaliste de l'AFP et des témoins présents sur place.

    Des commandos de la police lourdement armés ont été déployés autour du bureau du Premier ministre canadien Stephen Harper et du Parlement fédéral vers lequel, selon des témoins interrogés par l'AFP, un homme armé s'est dirigé après avoir ouvert le feu sur le soldat.

    http://www.lorientlejour.com/article/892391/canada-la-police-deployee-devant-le-parlement-des-coups-de-feu-entendus.html

  • Total/Iran : Christophe de Margerie, "assassiné"?!

    IRIB-Moscou pointe la responsabilité de la direction de l'aéroport Vnokouvo de Moscou.

    l'accident d'avion dans lequel a péri le patron du géant pétrolier français Total, Christophe de Margerie, à l'aéroport Vnokouvo de Moscou, est dû à une «négligence criminelle» de la direction de l'aéroport, selon les affirmations du comité d'enquête russe. «Il ne s'agit pas d'un tragique concours de circonstances, mais d'une négligence criminelle des fonctionnaires» qui ont échoué à coordonner dûment le travail de leurs employés, a indiqué le comité, en précisant que certains membres de la direction de Vnoukovo qui pourraient tenter d'entraver l'enquête seraient prochainement «suspendus de leurs fonctions». ceci est la version officielle de l'enquête.

    John Defterios, le célèbre journaliste et expert économique sur CNN relève toutefois des éléments dont les enquêteurs russes auraient du tenir en compte avant de publier ces résultats préliminaires : le chef de Total faisait partie de farouches opposants aux sanctions pétrolière contre l'Iran. dans sa stratégie de direction, le pétrole iranien et celui de l'Irak occupaient une place de choix . il a mis d'ailleurs assez longtemps à se soumettre au régime des sanctions décidées par les Etats Unis contre l'Iran"! " Maignerie demandait à ce que les pourparlers Iran/5+1 aboutissent et qu'ils soient surtout gagnant-gagnant" .

    L'expert américain est revenu ensuite sur le coup fourré pétrolier de Riyad contre Téhéran et Bagdad. " l'Iran est toujours sanctionné et l'Irak est en guerre. la hausse de production de l'Arabie saoudite est un coup fourré infligé à ces deux adversaires. Mais attention! l'Iran et l'Irak produisent à eux deux l'équivalent du pétrole saoudien et ensemble, ils sont bien capables de tenir tête à Riyad. Je crois que la visite du premier ministre irakien à Téhéran n'est pas sans rapport avec cette bataille pétrolière que Riyad mène contre l'Iran et les autres membres de l'Opep. De Magerie a été un grand ami de la Russie, elle aussi victime des sanctions énergétiques...

    http://french.irib.ir/info/international/item/345681-total-iran-christophe-de-margerie,-assassin%C3%A9

Footer:

Le contenu de ce site wed appartient à une personne privée, blog.fr n'est pas responsable du contenu de ce site.