L'an dernier, 145 ours noirs ont dû être euthanasiés dans la région des sables bitumineux de l'Alberta parce qu'ils s'approchaient trop des hommes, selon des données fournies par le ministère du Développement durable des ressources.

Près de la moitié, soit 68 ours, ont dû être tués parce qu'ils s'approchaient trop des camps de travailleurs.

Le nombre d'euthanasies a très fortement augmenté d'une année à l'autre, dénoncent les associations de défense des animaux.

Selon l'Association albertaine de la conservation de la faune, ces ours sont attirés par la nourriture laissée par les hommes parce que les règles concernant les déchets ne sont pas suffisamment respectées.

L'Association juge qu'il devrait y avoir plus d'inspections sur les camps de travailleurs pour s'assurer du respect de ces règles.

« L'industrie des hydrocarbures ne fait pas en sorte de gérer ses camps correctement et le gouvernement ne fait rien d'autre que de tuer les ours » quand ils deviennent dangereux, regrette Nigel Douglas, de l'Association albertaine de la conservation de la faune.

« C'est vraiment une question d'éliminer les attirants pour les ours plutôt que d'éliminer les ours », ajoute James Pagé, de la Fédération canadienne de la faune. Il aimerait que les animaux soient moins souvent les victimes en cas d'affrontements avec les humains.

L'été dernier, la police de Fort McMurray avait lancé un avertissement, invitant les résidents à entreposer leurs déchets dans des poubelles à l'épreuve des ours.

radio-canada