La Forêt de Soignes au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO, c'est peut-être pour bientôt. Vendredi, le parlement bruxellois a voté à la quasi unanimité une proposition de résolution qui soumet la candidature de la forêt à l'UNESCO.

Les hêtres de la Forêt de Soignes sont exceptionnels, il faut les mettre en valeur. Le parlement bruxellois a ainsi voté, vendredi, une proposition de résolution à la quasi unanimité. Résolution qui fait de la Forêt de Soignes une candidate à l'UNESCO. Pourtant, le chemin est encore long. La Forêt de Soignes est en effet à cheval sur les trois régions, chacune doit donc ratifier cette fameuse proposition de résolution. Un parcours qui n'est pas encore abouti en Flandre et en Wallonie, mais on est enthousiaste des deux côtés.

Une richesse à préserver

C'est que la forêt suscite un réel intérêt, un souci de préservation aussi. Stéphane Van Wijnsberghe est responsable du service forestier de Bruxelles Environnement, pour la Région bruxelloise. Cette forêt, il la parcourt depuis des années avec la même admiration."Ici, en Forêt de Soignes, on est à moins de dix kilomètres du centre de Bruxelles, explique-t-il. On n'est pas du tout dans une forêt de production de bois, ce qui permet de conserver des arbres au-delà de leur terme normal. Et donc d'avoir cette richesse en terme de paysage, en terme de biodiversité, et en terme d'espace de récréation c'est véritablement quelque chose d'unique."

Une collaboration interrégionale

Pour Stéphane Van Wijnsberghe, si la Forêt de Soignes fait partie un jour du patrimoine mondial de l'humanité, ce sera un vrai plus pour la visibilité du site, la protection de ses spécificités, mais pas seulement. Car, selon lui, "ce classement Unesco est véritablement une opportunité pour aller encore beaucoup plus loin dans la démarche de collaboration interrégionale que nous avons avec la Région flamande et la Région wallonne." Et même si les prévisions climatiques ne favorisent pas la survie de la célèbre hêtraie cathédrale, le fait d'être classée n'imposera en principe pas de contraintes de gestion supplémentaires. Tout au plus, le plan de gestion bénéficiera de meilleurs moyens pour protéger l'espèce.

En ce qui concerne la procédure de classement, le parlementaire André de Bus (cdH), à l'origine de la proposition, assure que la Flandre a introduit une résolution, qui sera sans doute votée à la rentrée parlementaire. Du côté de la Région wallonne, Benoît Lutgen, ministre de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine (cdH), a assuré son soutien à l'idée.

M. Van Cutsem